Boris Vildé chef du Réseau du Musée de l'Homme
Publications diverses langues française et russe Retour accueil Horizons de France Le Setomaa T.Benfoughal T.Benfoughal S.Chkolnikov Journal Celckaya Estipae-1 Estipae-2 Le Film Anna Marly Le Figaro Editions Allia Claude Aveline Bandes dessinées François Bédarida Robert Bellanger Julien Blanc Boris Vildé Cahiers slaves Dialogue de prison Fontenay-aux-Roses François George Raït Kovalëva Sophie Laurant Yves Lelong Marianne Lot Le Maitron Musée de l'Homme Henri Noguère Normandi-Niemen B.H Novikov Roger-Paul Droit Radio R.F.I Théatre de Riga Journal ROUL Russes en Estonie Nikita Struve Dominique Veillon La Pravda et Vesti Jean-Yves Séradin Anne Hogenhuis
Jean-Yves Séradin
La maison d'à côté ou les trois filles du Professeur Lot
Editions A l'Ombre des Mots
En 1939, le grand historien Ferdinand Lot achète la villa Breiz-lzel à Trégastel sur la Côte de Granit rose. Le prix Osiris obtenu pour l'ensemble de son oeuvre lui permet cette acquisition. Il a 73 ans. Avec son épouse Myrrha d'origine russe, médiéviste et théologienne, il projette d'y retrouver ses filles lors des longues vacances d'été : Irène et son mari Boris Vildé, linguiste et ethnologue né à Saint-Pétersbourg comme sa belle-mère, Marianne et son mari Jean-Berthold Mahn, historien, et Eveline, la cadette. La défaite de juin 1940 ne le permettra pas. La famille Lot ne peut tolérer que les principes de la République française soient piétinés par les envahisseurs nazis et les Français qui les soutiennent. Dès la fin de l'été 1940, Boris prend la direction de ce qui va devenir le Réseau du Musée de l'Homme. Eveline y participe, tapant des articles pour le journal publié par Boris et ses amis : Résistance. Jean-Berthold, après un séjour en Espagne, rejoindra les armées de la France Libre. Le 23 février 1942, Boris est fusillé avec six camarades au Mont Valérien. Le 23 avril 1944, Jean-Berthold est tué dans une embuscade lors de la conquête alliée de l'Italie. Amoureuse d'Anatole Levitsky, ethnologue d'origine russe lui aussi, adjoint de Boris, fusillé ce 23 février 1942, Eveline sera doublement frappée. Les trois sœurs sublimeront leurs souffrances dans un intense travail intellectuel : Irène, bibliothécaire et linguiste, Marianne, historienne, et Eveline, ethnologue.

Chaque été, les trois filles du Professeur Lot venaient se ressourcer à Trégastel. L'auteur les a connues dès le milieu des années 1950. Sa maison familiale est voisine de Breiz-lzel. Dans ce livre, ses souvenirs de vacances ouvrent les portes de leurs histoires et de leurs œuvres. Invitation à saisir l'âme d'une demeure à l'aspect sévère dans un cadre magnifique, comme si elle gardait en ses murs la tristesse qui l'imbibe, le récit célèbre une famille d'intellectuels exigeants : eux aussi portaient haut une certaine idée de la France..