Boris Vildé chef du Réseau du Musée de l'Homme
Publications diverses langues française et russe Retour accueil Horizons de France Le Setomaa T.Benfoughal T.Benfoughal S.Chkolnikov Journal Celckaya Estipae-1 Estipae-2 Le Film Anna Marly Le Figaro Editions Allia Claude Aveline Bandes dessinées François Bédarida Robert Bellanger Julien Blanc Boris Vildé Cahiers slaves Dialogue de prison Fontenay-aux-Roses François George Raït Kovalëva Sophie Laurant Yves Lelong Marianne Lot Le Maitron Musée de l'Homme Henri Noguère Normandi-Niemen B.H Novikov Roger-Paul Droit Radio R.F.I Théatre de Riga Journal ROUL Russes en Estonie Nikita Struve Dominique Veillon La Pravda et Vesti Jean-Yves Séradin Anne Hogenhuis
NOUVEAU PAYS
18 MAI 2019 - Journée internationale des musées

Le village de Yastrebino, dans la colonie rurale de Besedsky, s’est réuni dans l’ancienne maison auprès du pont et tout au de la rivière Krevitsa. Parmi les familles, il y avait beaucoup d'enfants. Dans une ambiance de fête, une plaque commémorative a été posée en l'honneur des exploits de notre compatriote, Boris Vildé qui a vécut dans cette maison de 1912 à 1919. Il devint un ethnologue remarquable, un écrivain de talent et l'un des fondateurs d'un mouvement antifasciste en France.

Chaque année, des lectures et des conférences sur l’histoire locale sont organisées, donnant lieu à des publications. L'école, en utilisant les matériaux du musée, écrit des œuvres sous la direction d'une enseignante en langue et littérature russes, Irina Pavlovna Krotova, membre du Conseil du musée. En 2018, Alina Prokopchenko, étudiante en neuvième année, a pris part au concours d'écriture régional «Ma Perle - Région de Léningrad». Son travail sur Boris Vildé figure dans le guide touristique éponyme. Les maisons, comme les gens, ont leur propre histoire. Celle-ci a été construite par le grand-père de Boris Vildé, un marchand de bois local, Vasily Fedorovich Golubev.

Après le départ de la famille Vildé pour l’Estonie en 1919, une école a été installée dans cette maison jusqu’en 1941. Pendant la guerre elle a été habitée par des réfugiés; ensuite, jusqu'en 1988, il y eut un magasin de quartier. De 1994 à 2001, ce fut un bâtiment d'habitation où les résidents ont utilisé une partie des locaux pour garder des animaux.

Le 28 août 1979, grâce aux efforts d'un résident de Yastrebino, chercheur principal à l'Institut de géologie polyvalente Mikhail Alekseevich Chernomorsky, le comité exécutif du Conseil régional des députés du peuple de Léningrad a décidé que la maison où Boris Wilde avait passé son enfance serait placée sous la protection de l'État comme monument historique. De 1989 à 1994, Galina Aleksandrovna Ozol, avec le soutien du directeur de l'école technique Bezdsky, Igor Borisovich Ivanov, a créé et inauguré la première exposition du musée. En 2002, lors de la journée dédiées aux travailleurs de la culture, elle a reçu solennellement une clé symbolique en l'honneur de l'inauguration du musée Boris Vildé au département de la culture du district de Volossovo. De 2002 à 2008, une exposition a été organisée dans deux salles, les deux autres étant encore occupées par des résidents. De 2008 à 2011, le bâtiment est totalement libre. À la suite des efforts du Conseil des musées pour la préservation de l'Histoire, les expositions du musée ont été restaurées en 2012. Les travaux se poursuivent sur la collecte de matériaux historiques pendant la restauration des locaux. Des relations s'établissent avec d’autres musées, des proches de Boris Vildé, des historiens.

Grâce au directeur de la ferme d’Etat voisine, "Agro-Balt", Mikhail Ilitch Shevelev, la toiture a été refaite à neuf? Le Syndicat des fermiers du district de Volosovsky, qui soutient le travail du musée, a obtenu une subvention du Comité de la presse et des relations publiques de la région de Léningrad, ce qui a permis de mettre à jour les stands et de réinstaller les salles.

Galina Aleksandrovna Ozol est conservatrice permanente du musée et guide depuis plus de 20 ans. Grâce à sa connaissance de la langue française, elle a correspondu avec ceux qui pourraient aider notre musée en France. Le consul général de France à Saint-Pétersbourg, Pascal Maubert, s'est rendu à Yastrebino,

Tatyana Foughal, ethnologue au Musée de l'Homme à Paris, des membres de la Résistance, des vétérans du régiment aérien Normandie-Niemen et autres invités sont venus de France. L’un d’eux s’est avéré être Claude Doyennel, qui est devenu pendant de nombreuses années un ami et un assistant du musée, son secrétaire français. Grâce à lui, le musée a trouvé beaucoup de matériaux français intéressants, ainsi qu'une copie du film «Je suis prêt, j'arrives» sur Boris Vildé, film tourné par Semyon Shkolnikov et stocké au studio Tallinn-Film. Claude Doyennel a rencontré en France des proches de l'épouse de Boris Vildé, ce qui a permis d’en apprendre davantage sur la vie de famille en France.

Les Français, qui ont visité notre dans un village éloigné, ont exprimé leur surprise et leur admiration pour les matériaux exposés. Par exemple, l'original du premier numéro du journal Resistance, dont Boris Vildé a personnellement écrit le texte, puis publié avec d'autres membres du groupe clandestin du Musée de l'Homm à Paris; des copies de tracts de la Seconde Guerre mondiale, qui nous ont été remis de Paris par le Musée de la Résistance; le livre "Journal et lettres de prison" de Boris Vilde, publié en France et en Russie, des objets sur l'histoire et la vie de Boris Vildé et d'autres participants à la Résistance française; des objets personnels de Boris Vildé et de sa famille. Au total, le musée propose environ 2 000 objets exposés..

Les membres du Conseil des musées ont établi des relations avec des proches de Boris Vildé en Russie, en Estonie et en France. En Lettonie, ils ont trouvé et restauré les tombes de Maria Vassilievna, mère de Boris Vildée, et de sa soeur Raïssa. En 2016, la propriété de la maison-musée a été transférée à l'entité municipale de Besseda. Le numéro 19 lui lui a été attribué.

Vyacheslav Mizin, membre de la Société géographique russe, dans son article «Les musées peu connus de la région» dans la «Revue historique et littéraire de la région de Leningrad», n°3, juin 2011 (rubrique «De la vie des musées») a écrit: «Le musée de Yastrebino Boris Vildé n’est pas un «centre promu», mais c’est un exemple d’une approche différente des affaires: le musée de Yastrebino est un lieu culturel vivant et en plein développement.

Depuis sa création, le musée peut être qualifié de centre d'attraction de l'intelligentsia locale. En réalité, le musée doit remplir cette fonction et ne pas être simplement un entrepôt d’expositions. Le musée a grandi et est devenu plus grand que le musée commémoratif à la mémoire de Boris Vildé. Sur ses stands, des matériaux sont dédiés au célèbre régiment Normandie-Niémen. L'histoire du village de Yastrebino se reflète sur une partie des stands. Les matériaux à la périphérie de Yastrebino ont été collectés par l'historien local Valéry Novikov..

Le musée vit vraiment les travaux de recherche des étudiants de la faculté de sociologie de RSUH im. Herzen.

Au cours des trois dernières années, grâce à l'appui du député de l'Assemblée législative de la région de Léningrad, Vadim Gustovo, la maison-musée de Boris Wilde est devenue plus attrayante.Les fenêtres ont été remplacées, un nouvel éclairage a été installé, des réparations ont été effectuées dans la salle vide, où l'exposition "La vie des entrepreneurs à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle" a été créée, des photographies, des expositions et des objets authentiques de la famille de Boris Vildé.

Le musée Boris Vildé fait partie des itinéraires touristiques des projets «Bague en argent de la Russie», «Collier en argent de la Russie», itinéraires touristiques des régions rurales de Beceda. Grâce à la participation de membres du Conseil des musées aux manifestations touristiques régionales, un stand d'information en russe et en anglais a été installé en 2018 à proximité du bâtiment du musée dans le cadre du programme du Comité du tourisme.. Le musée a également son propre site Web http://museeborisvilde.ru et aussi sa version française http://museeborisvilde.com

Environ un millier de personnes visitent ce petit musée chaque année. Les médias ont parlé de lui à plusieurs reprises et ont présenté à la télévision des programmes sur le sort du héros de la Résistance antifasciste et sur sa mémoire dans sa petite patrie, située dans le village de Yastrebino. Le conseil du musée dirige le musée depuis plus de 20 ans étudie les traditions locales, conserve et équipe la maison, en surmontant les difficultés et les obstacles rencontrés sur le chemin. La conservation de la mémoire nécessite de l'héroïsme, de la persévérance et de l'adhésion. Dans la dernière lettre de Boris Vildé à sa femme Irène, écrite avant l'exécution, il y a cette phrase "Puisse hommage soit rendue à notre mémoire après la guerre.".

Rima Petrova, présidente du conseil du musée.
Préparé par N. Bogdanova.