Boris Vildé chef du Réseau du Musée de l'Homme
Publications diverses langues française et russe Retour accueil Horizons de France Le Setomaa T.Benfoughal T.Benfoughal S.Chkolnikov Journal Celckaya Estipae-1 Estipae-2 Le Film Anna Marly Le Figaro Editions Allia Claude Aveline Bandes dessinées François Bédarida Robert Bellanger Julien Blanc Boris Vildé Cahiers slaves Dialogue de prison Fontenay-aux-Roses François George Raït Kovalëva Sophie Laurant Yves Lelong Marianne Lot Le Maitron Musée de l'Homme Henri Noguère Normandi-Niemen B.H Novikov Roger-Paul Droit Radio R.F.I Théatre de Riga Journal ROUL Russes en Estonie Nikita Struve Dominique Veillon La Pravda et Vesti Jean-Yves Séradin Anne Hogenhuis
Editions Allia - Journal et lettres de prison: édition 1997
1941-1942 - Précédé de De Saint-Pétersbourg au mont Valérien par Dominique Veillon et suivi de La lumière qui éclaire la mort par François Bédarida. Allia, 2018, 224 pages.
En avril 1941, l'ethnologue russe Boris Vildé, en poste au musée de l'Homme à Paris, est arrêté pour résistance puis fusillé. Incarcéré pendant un peu plus de huit mois dans des conditions de confort rudimentaires, il écrit des pensées qui deviennent une sorte de journal. C'est ce texte qui est ici proposé, accompagné de notes et de documents permettant de mieux appréhender leur contexte. Ces bribes qu'il voulait détruire ont été finalement un cadeau d'amour à son épouse ; elles nous font suivre un itinéraire intellectuel et spirituel d'une intensité saisissante. Vildé lit beaucoup en prison, où il apprend le grec puis le sanscrit, tout en méditant sur la mort, c'est-à-dire la vie. Qu'est-ce que le moi, la souffrance, le désespoir, le bonheur, le sacrifice, l'au-delà… Ses propres intuitions s'enrichissent d'un jugement sur les livres qu'il lit – de Marcel Granet sur La pensée chinoise à saint Matthieu, Montaigne, Pascal ou Nietzsche, des romans qu'il emprunte à la bibliothèque de la prison à une approche de plus en plus fine de la poésie. Ces phrases sont en fait des manières de fixer des pensées, des rêves nombreux. La question centrale face à la mort est celle du moi. Il en vient à esquisser un dialogue entre deux « moi », « Moi 1 » et « Moi 2 », qu'il interrompt par souci de ne pas faire de « littérature ». Sa méditation l'amène à comprendre, de mieux en mieux, ce que sont la liberté humaine et l'amour, au bord de l'exécution. Un livre fort et bienfaisant.
Editions Allia - Journal et lettres de prison: édition 2018
En 2018, Allia a publié une seconde édition "Journal et lettres de prison 1941-1942". (Edition revue et augmentée sur 222 pages) comportant également "De Saint-Pétersbourg au Mont Valérien" de Dominique Veillon ainsi que "La lumière qui éclaire la mort" de François Bédarida. Le journal de Boris Vildé rédigé durant son emprisonnement à Fresnes ainsi que les trois lettres à sa femme Irène y sont reproduits. Outre cela, l'ouvrage fourmille de commentaires, explications, précisions et notes de toutes sortes qui viennent éclairer singulièrement le texte et ainsi enrichir cette remarquable édition. A l'évidence, l'éditeur de cet ouvrage a entrepris un long et difficile travail le conduisant à des informations et précisions nulle part ailleurs mentionnées.

Nota: Les originaux manuscrits de "lettres de prison" ainsi que la dernière lettre à sa femme Irène Lot sont archivés à la Bibliothèque Nationale rue de Richelieu à Paris. Les copies de ces originaux sont également reproduits sur ce site

Martin Blumenson - L'Affaire du Musée de l'Homme
Le groupe du musée de l'Homme a été un des tout premiers jalons de la résistance intérieure à l'occupation nazie. Boris Vildé, Anatole Lewitzky, Yvonne Oddon, Pierre Walter, Léon Maurice Nordmann, Claude Aveline, GermaineTillion, Simone Martin-Chauffier, Jacqueline Bordelet, René Sénéchal, Jean Cassou, Marcel Abraham, Agnès Humbert, Paul Rivet...ce sont là quelques-uns des protagonistes de cette histoire héroïque. Leur journal clandestin s'appelait Résistance : un mot d'ordre, tout un programme! Martin Blumenson, écrivain américain, après une longue enquête raconte dans un récit construit comme un film l'histoire émouvante et dramatique de ces hommes et de ces femmes qui se battent dans la nuit. Mais c'est dans la nuit, a-t-on dit, qu'il est beau de croire à la lumière et les pelotons d'exécution ne pouvaient plus briser l'élan qui avait été donné par ces résistants de la première heure.
Existe également une édition en langue russe "Дневник и письма из тюрьммы 1941 - 1942". Русский путь -109240 Москва, Ул. Нижная Радищевская Дом 2.
E-mail: info@rp-net.ru
Chemin russe