Boris Vildé chef du Réseau du Musée de l'Homme en 1940

Héros de la Résistance française contre le fascisme allemand

RESISTANCE N° 1 page1 N°1 page 2 N°1 page 3 N° 1 page 4 N° 1 page 5 N° 1 page 6 N° 2 page 1 N° 2 page 2 N° 2 page 3 N° 2 page 4 N° 3 page 1 N° 3 page 2 N° 3 page 3 N° 3 page 4 N° 3 page 5 N° 3 page 6 N° 4 page 1 N° 4 page 2 N° 4 page 3 N° 5

MOSCOU L'Ambassadeur bulgare à Moscou a informé le gouvernement soviétique de l'entrée des troupes allemandes en Bulgarie et déclare qu'aux yeux du gouvernement bulgare, cette opération était destinée à assurer la paix dans les Balkans. Le gouvernement soviétique a répondu au minstre bulgare qu'à ses yeux, cette opération ne pouvait être considérée comme assurant la paix, mais qu'au contraire, elle risquait d'entrainer la Bulgarie dans la guerre.

L'offensive diplomatique anglaise. M. Eden a eu à Ankara d'importantes conversations, non seulement avec le gouvernement turc, qui s'est déclaré plus que jamais fidèle à ses alliances, mais encore avec l'Ambassadeur de l'U.R.S.S. et aussi avec l'Ambassadeur anglais auprès des Soviets, venu à Ankara pour s'entretenir avec lui. M. Eden s'est rendu ensuite à Athène, où il a trouvé le gouvernement et le peuple grecs fermement.résolus à poursuivre jusqu'à la victoire définitive leur héroïque campagne d'Albanie.

LA NOUVELLE REVUE FRANCAISE

De tous les organes littéraires de la zone occupée, est seule à paraitre, avantage incontestable qui facilite le contrôle et supprime la contradiction et la concurence. Il s'agissait de lui conserver la tenue et l'apparence de la liberté. C'est à quoi se sont prêtés deux (ou trois) grands écrivains qui y firent leur fortune.

Sous ce couvert, les divers collaborateurs collaborant peuvent mener leur jeu. On leur demande un mot de contrition pour le passé et un acte de foi au vainqueur. Ils y emploient leur zèle, chacun parle selon sa spécialité, apporte en gage le plusprécieux de son talent. Voici donc, selon eux, l'histoire résumée de la France et l'état de son esprit dans le plus mortel danger de son histoire.

D'UN CHRONIQUEUR PARISIEN.

"La vie à Paris est en 1941, plus aisée qu'elle ne l'a jamais été et du plus agréable silence, majesté, fraîcheur. Les dames vont à bicyclette. Une catastrophe nationale a donné la vie à un conte de fées".

"Alfred Fabre-Luce, milliardaire".

D'UN PETIT MAITRE DU BIEN-DIRE.

"Les Français avaient cessé, vers le début du XVIIIe siècle, d'être laborieux, vivants, actifs, bref intelligents, pour vivre de valeurs fausses et de "jouissance érétique". La défaite leur rend le sens du réel, et d'abord le sens de l'Europe et du monde".

"Abel Donnard".