Boris Vildé chef du Réseau du Musée de l'Homme en 1940

Héros de la Résistance française contre le fascisme allemand

RESISTANCE N° 1 page1 N°1 page 2 N°1 page 3 N° 1 page 4 N° 1 page 5 N° 1 page 6 N° 2 page 1 N° 2 page 2 N° 2 page 3 N° 2 page 4 N° 3 page 1 N° 3 page 2 N° 3 page 3 N° 3 page 4 N° 3 page 5 N° 3 page 6 N° 4 page 1 N° 4 page 2 N° 4 page 3 N° 5 Sommaire

                                    4

"La nation attend des industries de défense qu'elles continuent à travailler sans cesses. Il y aura, pour cette tâche, une coopération résolue entre le Gouvernement, l'industrie et le travail américain".

Le président au cours de son discours a donné une description pratique des méthodes adoptées par l'Allemagne pour envahir et asservir les nations d'Europe.

"Les Nazis, dit-il, justifient ces actes d'agression par de pieux mensonges. Par exemple, lorsqu'ils occupent un pays c'est dans le but d'y rétablir l'ordre ou de le protéger contre un agresseur. Or la Belgique est occupée afin de servir de base d'invasion contre la Grande Bretagne qui, elle, lutte pour son existence-même. L'Allemagne essayera-t-elle d'adopter les mêmes méthodes dans l'Hémisphère occidental ? N'importe quel pays de l'Amérique du Sud constituerait dans les mains des Nazis une base de départ pour une attaque allemande sur une quelconque des républiques américaines. Ne fermons plus nos yeux sur ce fait indéniable que les forces mauvaises qui ont écrasé, sapé et brimé une grande partie du monde sont déjà dans nos murs."

Le Président Roosevelt a prévenu, à plusieurs reprises, ses auditeurs contre le danger de toute tentative d'apaisement ou de négociation avec les maîtres de l'Allemagne.

"Peut-on considérer, demande-t-il, comme une paix véritable un état de perpétuelle menace par une bande de hors la loi contre vos biens et vos personnes ? Feriez-vous payer une rançon pour sauver votre peau ? Non. Une telle paix ne pourrait être qu'un armitice qui conduirait à une gigantesque course aux armements et à la plus redoutable guerre économique que le monde ait jamais connue."

Le Président a également prononcé au cours de son allucation, un réquisitoire dirigé contre le nouvel ordre de Hitler.

"Les Nazis, dit-il, parlent d'un nouvel ordre du monde, mais ce qu'ils ont en vue c'est la plus ancienne et la pire des tyrannies, sans liberté, sans espérance, sans religion. Un nouvel ordre de cette espèce serait une alliance infernale des forces de l'égoïsme dans le but d'asservir la race humaine. Les peuples britanniques sont en train de livrer une guerre active à cette infernale alliance. Ils offrent un front de résistance aux tentatives de conquête du monde."

Le Président a conclu en exprimant sa conviction que l'Italie et l'Allemagne perdront la guerre. Il a déclaré:

"Je crois que les puissances de l'axe ne vont pas gagner cette guerre. Je fonde cette croyance sur les renseignements les plus récents, les plus sûrs. Nous avons toutes les meilleures raisons d'espérer. J'ai la conviction profonde que le peuple américain est résolu aujourd'hui à déployer un effort plus puissant que celui qu'il a déjà fait pour augmenter notre production de toutes les armes défensives pour parer à la menace dirigée contre les démocraties. En ma qualité de Président des Etats-Unis, je fais appel à un effort national dans ce but. Je fais appel à notre peuple avec la conviction absolue du triomphe total de notre cause commune...."