Boris Vildé chef du Réseau du Musée de l'Homme en 1940

Héros de la Résistance française contre l'occupation allemande

L'Homme du Musée de l'Homme Théâtre de RIGA d'après une adptation du livre éponyme de Rita Raït-Kovalëva

Après les représentions "Mont Valérien" données par le théâtre Vanemuine à Tartu en 1972, une initiative similaire apparaitra à Riga, en Lettonie, en 1978. Une oeuvre théâtrale adaptée de l'ouvrage de la célèbre écrivaine russe Rita Raït-Kovaleva, "L'Homme du Musée de l'Homme". Ci-dessous un commentaire de Lyubov Kachan amie de Rita Raït-Kovaleva.
A propos de Boris Vilde, qui a fui la réalité soviétique pour la France et est devenu l'un des organisateurs et héros de la résistance française, Rita Raït Kovalëva a écrit une pièce, puis a publié la version journalistique du livre «L'homme du Musée de l'Homme», puis a finalisé et publié un livre dans la série ZHL. Au fil des ans elle a progressivement rassemblé des documents pour le livre. Rencontres et correspondances avec de nombreuses personnes ayant connu le héros du livre - Boris Vilde, linguiste et ethnologue russe, héros de la Résistance française qui a reçu l'Ordre de la Guerre patriotique de 1er degré en mai 1985. Arrêté et exécuté avec les membres de son groupe clandestin. Une rue de la banlieue parisienne porte son nom. Rita m'a écrit à plusieurs reprises à propos de son travail pour ce livre sur Boris Vilde.

Dubulti le 24 mars 1971: "J'ai vécu un hiver très étrange: en novembre, je suis venu à Riga pour travailler avec le théâtre sur la pièce sur Boris Vilde. Ils m'ont enfermé pendant un mois dans une magnifique villa en pleine forêt à 40 km de Riga. J'y suis disparue jusqu'au Nouvel An. A Riga j'ai rencontré ma fille avec des amis et, depuis le 10 janvier, je suis allée travailler à Dubulti, dans notre Maison des écrivains. Au début, je vivais dans un «pavillon de chasse». Le 5 mars, a été ouvert un nouveau bâtiment et je me suis rendue au 8ème étage, dans une très belle pièce - une immense fenêtre, une loggia, une vue sur la mer et la rivière. Mon propre couloir, ma propre douche, etc. J'ai déjà fait un certain travail ici : le théâtre a été sauvé, je leur ai cité la pièce de Gozzi «The Green Bird» - ils répètent déjà ! et écrivent de nombreux croquis pour la deuxième pièce, un peu comme un montage de documents, des poèmes, etc. A propos de Vilde, vais-je parler de lui ?

Moscou Mardi 30 mai 1972: Beaucoup de choses intéressantes reçues de France : le journal de Boris Vilde, et le journal de la belle Eveline,(1) avec une grande lettre. Elle m'attend. Mais quand pourrai-je aller à Paris ??

Moscou 2 juin 1972: Ai reçu une merveilleuse lettre d'Eveline, son journal et le JOURNAL DE PRISON DE BORIS VILDE... Incroyable ! Comme si soudainement j'entendais de nouveau une voix familière du Dialogue - et il commença à parler du plus profond de lui-même ... J'ai rugi comme un petit ...

Golitsyno. 13 août 1972: Pendant ce temps, ai beaucoup traduit divers journaux intimes, des documents, des articles pour le livre. Mais hélas! mon "Star" ne m'a pas encore envoyé le contrat pour signature, quelque chose s'est coincé...

Septembre 1972: Moscou: Rita a séjourné à Paris pendant 6 semaines. Une vie paradisiaque, elle a fait beaucoup de choses, a trouvé toutes sortes de livres intéressants, du matériel sur la biographie de Boris Wilde, des disques, etc.

Moscou (non daté après 1979): Je vais partir dans les États baltes pendant un mois pour écrire un livre (ou plutôt pour ajouter une version journalistique de «L'Homme du Musée de l'Homme»). J'ai conclu un accord avec un écrivain soviétique. Le contrat est excellent, je peux donc aller à Dubulti et faire une pause dans la vaniteuse vanité de Moscou ... "

(1) Il s'agit d'Evelyne Lot, soeur d'Irène Lot

. Sur la première photo: Rita Raït-Kovaleva). Les trois photos suivantes du tournage de "Je suis prêt, j'arrive": 1) À gauche - Simon Shkolnikov, au centre - Vladimir Bronislavovich Sosinsky (il participa à la Résistance - vous le savez probablement déjà), à droite - Igor Alexandrovich Krivoshein (qui a probablement présenté l'original du journal de Résistance au musée). 2) Simon Shkolnikov dans la prison de Frêne pendant le tournage du film. 3) Simon Shkolnikov avec une équipe de tournage à Riga (près de la place centrale - on peut le voir à partir de photographies modernes de la ville). L'inscription sur l'affiche du directeur principal de la pièce Adolf Shapiro est adressée à Vladimir Bronislavovich. Très probablement, il s'agit de Vladimir Bronislavovich Sosinsky, il était à la première de ce spectacle. Son interview est dans le film "Je suis prêt, j'arrive"
P.S. Sur l'affiche est écrit: "Chers Vladimir Bronislavovich, en souvenir de notre théâtre, de notre performance. Merci pour les paroles aimables sur notre travail. Adolf Shapiro".