Boris Vildé chef du Réseau du Musée de l'Homme en 1940

Héros de la Résistance française contre le fascisme allemand

Musée accueil Amis du Musée C.V de Boris Vildé De l'Estonie 1 De l'Estonie 2 Visite du Musée Il sera fusillé Lettres à Mamochka 1 Lettres à Mamochka 2 Lettres à Mamochka 3 Normandie Niemen 1 Normandie Niemen 2 Spectacle Des Visiteurs

Mort pour la France.
Dernière lettre de Jules Godfroy, résistant fusillé par les Allemands au Mont Valérien le 14  aout 1943.

Fresnes le 14/08/1943

"Mon cher Oncle,

J’ai bien reçu avec plaisir ta lettre, et je vois que tu as mal au pouce. Je souhaite que tu guérisses vite tandis qu’à moi je viens d’apprendre que je vais être fusillé à midi et il est 9 heures, alors tu vois mes instants sont comptés. Je compte sur toi pour soutenir moralement ma chère femme et mes chers enfants. Que ce sera triste pour eux mes pauvres chéris, aime-les bien pour moi. J'espère la fin de

C’était mon destin, mais enfin sois sur que je meurs sans peur et en bon Français et j’espère que mes idées se réaliseront et que les horreurs actuelles ne se produiront plus jamais.

J’embrasse bien Georges et Marie de tout coeur et dis bonjour de ma part aux amis. Je te souhaite de vivre vieux pour conserver mes enfants dans le bien. Je te charge d’apprendre la nouvelle à mon oncle Maurice et chez Georgina et dis-leur que je les embrasse bien fort mais je ne peux écrire à tous alors courage cher Oncle, et je vous souhaite beaucoup de bonheur.

J’écris à Solange en même temps mais quel coup pour elle, que de mal elle a eu dans sa vie, elle mériterait bien un peu de bonheur. Tu lui diras que j’embrasse bien ses frères et soeurs.

Mon cher Oncle, mes chers cousins, je vous embrasse tous pour la dernière fois bien tendrement. Ton neveu et cousin vous dit adieu.   Vive la France."