Boris Vildé chef du Réseau du Musée de l'Homme

Héros de la Résistance française contre le fascisme allemand

Musée accueil Amis du Musée C.V de Boris Vildé De l'Estonie 1 De l'Estonie 2 Visite du Musée Il sera fusillé Lettres à Mamochka 1 Lettres à Mamochka 2 Lettres à Mamochka 3 Normandie Niemen 1 Normandie Niemen 2 Spectacle Des Visiteurs

Le Musée Boris Vildé à Yastrebino

Le Musée Boris Vildé est situé dans l’ancien et pittoresque village de Yastrebino. La mention en est faite dès le 13ème siècle. Depuis sa création, ce village a connu tous les malheurs survenus sur cette douloureuse terre russe. Plus d’une fois il dut lutter pour son indépendance. Ce sont les armées de Pierre Ier qui ont décidé définitivement de son destin russe. Longtemps, il fut le centre de la région de Volossovo.Une église en l'honneur de Nicolas le Thaumaturge y a été construite. A proximité, le cimetièe où ont été enterrés les princes Obolensky et Veimarnoff apparentés avec A.S Pouchkine. Dans ce cimetière, se trouvent les sépultures du père de Boris Vildé et de sa grand-mère maternelle.

L'ouverture du musée dans le village de Yastrebino, alors région de Léningrad, où se sont passées les jeunes années de Boris Vildé, est devenue possible grâce à 30 ans de recherches: collectes et études de documents, d'archives, de sources littéraires, de souvenirs de résistants. L'exposition chronologique des évènements accompagnée par de nombreuses photos et documents, permet aux visiteurs de mieux comprendre la tragédie et le courage de ces premiers Résistants dès le début de l'occupation allemande de la France en juin 1940.

Ce musée est dédié à la mémoire de Boris Vladimir Vildé, ethnologue et scientifique français. Né Russie en 1908 à Saint-Pétersbourg, il a vécu une courte mais brillante existence, une vie exemplaire.Dès le début de l'occupation par les armées allemandes en 1940, Boris Vildé a organisé le premier réseau de résistance dans la France occupée. Le nom du journal clandestin «RESISTANCE», publié dès décembre 1940, est entré par la suite dans les manuels d'histoire comme le symbole de la Résistance française à l'occupant allemand.

En outre, sur l'initiative du général de Gaulle, de 1943 à 1945, les pilotes français de l’escadrille «Normandie-Niemen» ont combattu dans des opérations communes contre l'Allemagne nazie. Les documents, les livres, les lettres des vétérans de la guerre présentés dans le musée, éclairent cette période de lutte commune.

Boris Vildé, héros national français d'origine russe, a été décoré à titre posthume de la Médaille de la Résistance par le Général de Gaulle. Son nom à été donné à une rue de sa commune de résidence à Fontenay-aux-Roses à côté de Paris. Dans le Musée de l'Homme où il travaillait, se trouvait une plaque mémoriale avec la citation de Charles de Gaulle : «Vildé, universitaire et chercheur de premier ordre, s'est consacré entièrement à la Résistance clandestine dès 1940. Arrêté par la Gestapo et condamné à mort, a donné au cours du procès devant le peloton d’exécution un magnifique exemple de courage et d’abnégation ». Dans sa dernière lettre avant la mort, Boris Vildé écrivait: «Qu’on rende justice à notre souvenir après la guerre». Le musée de Yastrebino en Russie s'est créé avec l’enthousiasme des habitants qui ont eu connaissance de l'activité antifasciste de Boris Vildé. Il s'est aussi créé pour que l’on connaisse et se souvienne des héros et de l'Histoire.

Autres éléments contenus dans le musée: bibliothèque d'ouvrages en langue française et russe sur l'occupation de la France et la Résistance. Collection d' "Affiches rouges" en francais et en allemand. Exposition de journaux clandestins de 1939 à 1944 sous l'occupation allemande, dont beaucoup en édition originale. Correspondances de Boris Vildé avec sa mère pendant la période 1930 à 1932. Copies intégrales de quatre exemplaires du journal RESISTANCE dont deux originaux du numéro 2 publié le 30/12/1940. Collection du quotidien français l'Humanité dès les premiers jours de sa reparution à la Libération. Diverses correspondances de Boris Vildé avec les autorités estoniennes de Tartu. Diverses photos de Boris Vildé depuis son enfance à Yastrebino jusqu'à 1919.
Ci-dessus : accueil devant le Musée par des écoliers de Yastrebino et de Beceda. Trois bouleaux du souvenir plantés en 2005 à l'occasion de la visite d'une délégation de touristes français. Une autre délégation française conduite par une ethnologue du Musée de l'Homme de Paris.
Depuis de nombreuses années, Galina OZOL se dépense sans compter pour le développement du musée dans lequel se trouvent rassemblées des pièces uniques (documents écrits et photographiques) évoquant les premiers résistants contre l'occupation nazie de la France. Ici sont conservés des exemplaires originaux du journal RESISTANCE créé par Boris Vildé en décembre 1940. Pascal Maubert, Consul Général de France à Saint-Pétersbourg, accueilli par les amis du musée.Venant d'une région éloignée de Russie, des visiteurs en discussion avec Galina OZOL.
Accueil et spectacle à l'occasion de la visite d'une délégation d'habitants de Tikhvine en mai 2012. Ci-dessus : Les enfants du village interprètent la pièce "De Saint-Pétersbourg au Mont Valérien", une   oeuvre sensible créée par Tatiana Skipcheva et dédiée à la mémoire de Boris Vildé.
il Un partie de l'espace du Musée antérieurement à sa rénovation. Rencontre entre les amis du Musée Boris Vildé. L'équipe de TV "VESTI" pendant le tournage d'un reportage dans les locaux du musée. Il sera présenté par deux fois lors du journal d'information du soir.