Boris Vildé chef du Réseau du Musée de l'Homme en 1940

Héros de la Résistance française contre le fascisme allemand

Actualité 2005/2012 Actualité 2008 Actualité 2013 Actualité 2015

Actualité 2013

Colloque à Värska en Estonie

En octobre 2013, un colloque franco-russo-estonien organisé au centre culturel de Värska en Estonie. Thème : les missions de recherche de Boris Vildé et Léonid Zourov au Setumaa en 1937 et 1938.

Konverents Värska kultuurikeskuses (Pikk 11) 04. oktoobril 2013 - Setomaa uurimisretked 1937.-1938. aastal:Leonid Zurovi ja Boris Vilde välitöömaterjalid Pariisi Inimese Muuseumist. Cледовательские поездки в сетyма 1937-1938 гг.:  полевые материалы Леонида Зурова и Бориса Вильде в Музее Человека в Париже. Le 4 octobre 2013 au Centre de la culture de Värska en Estonie, s'est tenu un colloque franco-russo-estonien sur le thème: " Missions de recherche au Setumaa en 1937-1938: données de terrain de Léonide Zourov et Boris Vildé conservées au Musée de l’Homme à Paris" (à suivre dans l'attente de publication des travaux de ce colloque). En prolongement de ce colloque, deux autres manifestations organisées en Estonie. Voir détail ci-dessous.

Colloque des 4 et 5 octobre 2013 à Värska en Estonie.

Missions de recherche de Léonide  Zouroff et de Boris Vildé au  Setumaa en 1937-1938: données de terrain conservées au Musée de l’Homme, à Paris ».Colloque international co-organisé par quatre institutions scientifiques: -  le Muséum National d'Histoire Naturelle (France), -  l'Université de Tartu (Estonie), -  le Musée Seto (Estonie), - le Musée Russe d’Ethnographie de Saint-Pétersbourg (Russie).

Ce colloque s’inscrivait dans le cadre d’un projet initié par le Muséum et consistant en une publication raisonnée des archives écrites et photographiques se rapportant aux missions de Boris Vildé  et Léonide  Zouroff effectuées en Estonie en 1937 et 1938. Ce projet a fait l’objet d’une convention de collaboration signée par les quatre parties le 7 juin 2012. Les archives « B. Vildé / L. Zouroff », conservées dès 1938 au Musée de l’Homme puis transférées, en 2009, à la Bibliothèque centrale du Muséum où elles se trouvent actuellement, sont d’un intérêt scientifique incontestable.

Dans les années 1930, Vildé et Zouroff ont été pour ainsi dire les seuls chercheurs à faire des enquêtes ethnographiques dans cette région de l’Europe, considérée comme un véritable conservatoire culturel, où, grâce à la conjonction de facteurs géopolitiques et culturels, s’étaient conservées jusqu’au début du xxe siècle les anciennes traditions préchrétiennes slaves et  finno-baltes. Ces archives n’avaient encore jamais été publiées. Cette relégation involontaire est due essentiellement aux événements qui suivirent les deux missions et qui ont porté un coup d’arrêt brutal au travail commencé. En effet, Boris Vildé s’engagea dès 1940 dans la Résistance et fut fusillé par les nazis en 1942 en tant que chef du réseau du « Musée de l’Homme ». Léonide Zouroff, également résistant, se tourna après la guerre vers l’activité littéraire et ne poursuivit pas ses recherches.

La publication des archives B.  Vildé / L. Zouroff du Muséum, dont de nombreux documents et informations de terrain sont uniques, contribuera à la recherche scientifique européenne portant sur l’étude  de la région de Setumaa marquée par ce que  Vildé et Zouroff ont appelé eux-mêmes une   « culture de contact », par ailleurs en voie d’extinction depuis la Seconde guerre mondiale. Elle jettera aussi une lumière complémentaire sur les activités scientifiques du Muséum dans les années 1930, et plus particulièrement sur celles du Musée de l’Homme, véritable berceau de l’ethnologie moderne en France et initiateur de nombreuses missions de terrains de par le monde. De son côté, la présentation du contexte scientifique des missions de Vildé et Zouroff, permettra une meilleure compréhension des documents qui en sont issus. Le colloque constitue une étape préparatoire à la publication qui doit voir le jour à la fin de l’année 2015. Il a réuni les chercheurs français, russes et estoniens engagés dans le projet.

« Boris Vildé, chef d'un réseau de résistance ».

Dans le cadre de ce colloque, du 6 octobre au 31 décembre 2013, au « Musée national estonien des occupations » a été présentée une exposition sur ce thème. Cette exposition, identique à celle organisée au Musée de l’Homme en 2008, a été reproduite dans l’Institut français de Tallin. Cette exposition se déclinait en 5 thèmes:
1. Biographie de Boris Vildé
2. Boris Vildé, ethnologue et chercheur au Musée de l’Homme (1937-1940)
3. Boris Vildé, résistant et chef du réseau « Musée de l’Homme (1940-1941)
4. Prison et exécution (1941-1942)  
5. Commémorations et hommages
Les panneaux sont illustrés par des documents exceptionnels et pour la plupart inédits : des notes de terrain, des dessins et des photos se rapportant aux activités scientifiques de Boris Vildé ethnologue au sein de l’équipe du Musée de l’Homme ; des extraits de lettres de ses compagnons d’armes (A. Humbert, Y. Odon, G. Tillion) et des extraits de ses propres écrits (journal et lettres de prison).

"Boris Vildé, chef du réseau de résistance du Musée de l’Homme".

- Conférence le 6 octobre 2013.

Cette conférence retrace la vie héroïque de Boris  Vildé. Ardent défenseur des valeurs humanistes, Boris  Vildé, fut, avec Germaine  Tillion, Anatole Lewitsky et Yvonne  Oddon,  parmi les premiers Français à s’opposer à l'occupation de la France et à organiser la résistance. Parmi les nombreuses activités de la résistance, comme l’aide aux prisonniers de guerre, l’organisation  des filières d’évasion, la collecte des informations militaires pour le compte des Anglais, figure les activités de propagande. Le 15 décembre 1940, commence à paraître le journal "Résistance". C’est  l’une des  premières publications antinazies, qui aura un écho considérable dans toute la France.  Boris  Vildé rédigera l'éditorial du premier numéro : « Résister ! C’est le cri qui sort de votre cœur… ».  Arrêté par la Gestapo, il sera fusillé le 23 février 1942. Le 3 novembre 1943, par décision du Général de Gaulle, Boris Vildé sera décoré à titre posthume de la Médaille de la Résistance Française.